L’étang de Berre inquiète toujours

Dans les derniers jours du mois de décembre, la mort de plusieurs milliers de poissons dans l’étang de Berre a de nouveau suscité les interrogations les plus diverses, et entretenu quelques fantasmes tenaces.

Avant que les scientifiques ne se prononcent : un banc de grosses sardines s’est égaré dans l’étang où il n’a pas supporté… la température de l’eau, sensiblement plus froide que celle de la Méditerranée. Le phénomène a d’ailleurs déjà été observé avec cette même espèce, aussi bien chez nous que sur d’autres sites.

Un siècle d’industrialisation

Il faut reconnaître qu’après un siècle d’industrialisation des rives de cette véritable mer intérieure, les populations ont pris l’habitude de se méfier. Pourtant, depuis maintenant plus de 20 ans, des mesures drastiques et une surveillance continue ont permis d’engager une réhabilitation réelle d’un milieu qui a été considérablement modifié par l’homme.

A la fin du XIXe siècle et au début du XXe, le creusement progressif du canal de Caronte à Martigues change la salinité de l’étang, comme l’attestent les observations de pêcheurs en 1907 : « l’augmentation de salure en faisant disparaître les Potamogéton et en favorisant les Zostera et les Ruppia, a créé des conditions défavorables à Saint-Chamas où la pêche est rendue impossible. »

Durant la première moitié du siècle dernier, l’implantation de raffineries et autres industries chimiques contaminent l’étang, jusqu’à provoquer en 1957 le vote d’une loi y interdisant la pêche. Et en 1966, la production d’hydroélectricité par le canal de la Durance modifie encore le milieu, avec un important et irrégulier apport d’eau douce et de limons.

Une réhabilitation progressive, toujours en cours

Les populations finissent par s’élever contre la situation, avec par exemple la création de l’association L’Etang nouveau, constituée en novembre 1988 à Saint Mitre les Remparts. En 1991, à l’issu d’un référendum local, les riverains se prononcent à 95% pour l’arrêt de la centrale EDF. Peu après, le plan Barnier engage enfin la diminution des rejets d’eau douce et de limons à Saint Chamas, et plus tard leur lissage tout au long de l’année. Dès 1994, à l’initiative du député Olivier Darrason, le droit de pêche est rétabli dans l’étang.

En 2000 est créé le Gipreb, groupement d’intérêt public puis syndicat mixte. Sous son égide se multiplient les études, tandis que la Cour de Justice de l’Union européenne contraint la France à prendre des mesures complémentaires de préservation du milieu.

Parallèlement à l’amélioration progressive de la situation, le Gipreb soutient une solution de dérivation, vivement dénoncé par L’Etang nouveau qui qualifie ce tracé à travers les Alpilles et de la Crau de « projet délirant promettant de ravager les canaux d’irrigation et les terres agricoles ».

Aujourd’hui, les industries sont parvenues à supprimer 98% des rejets aqueux, et les traces d’anciens contaminants chimiques sont localisées dans certaines couches sédimentaires.

Des efforts doivent néanmoins être poursuivis, notamment pour la mise aux normes de toutes les stations d’épurations dont les eaux finissent dans l’étang, ainsi que pour réduire les rejets d’intrants chimiques agricoles, responsables périodiquement de prolifération d’algues opportunistes, lorsque les conditions météos sont favorables.

Il reste que l’étang de Berre est redevenu un espace de loisirs nautiques, doté de nombreuses plages dont les eaux sont régulièrement contrôlées, et où la population peut de nouveau se baigner.

A Saint Mitre les Remparts, les plages de Varage, Massane et Figuerolles attirent tous les ans les habitués de ces lieux, qui gardent un côté sauvage et précieux.

Pour aller plus loin :

=> Mortalité massive de la sardine dorée, Sardinella aurita (Clupeidae), en mers Adriatique et Ionienne.

=> Site internet du syndicat mixte du Gipreb (Gestion intégrée, prospective et restauration de l’étang de Berre).

=> Site internet du syndicat intercommunal du Sibojaï (qui veille sur le site du Bolmon et du Jaï).

Publicités

Une réflexion sur “L’étang de Berre inquiète toujours

  1. Pingback: Plongée à Massane : un filet anti-algues inefficace « Vincent Goyet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s