Interview sur Canal Maritima : « Refuser la ghettoïsation, revitaliser notre ville »

Journal des municipales sur Canal Maritima : Didier Gesualdi reçoit Vincent Goyet pour un tour d’horizon de la campagne à Saint Mitre les Remparts. Positionnement politique, grands dossiers, urbanisme et logement social, revitalisation du centre ancien : les grands enjeux de l’élection passés en revue.

Didier Gesualdi : Vous êtes à la tête d’une liste baptisée « Saint Mitre en Vie ! ». C’est une liste qui est divers droite, sans onction d’un parti politique. C’était une volonté, vous qui êtes le responsable de l’UMP sur la commune ?

Vincent Goyet : Je suis en effet le responsable de l’UMP et je le revendique. Pour autant, dans tous les cas, avec ou sans investiture, j’aurais monté une liste divers droite, parce que c’est une façon de rassembler plus largement. Il est important d’être clair vis-à-vis des électeurs : quand on se présente à une élection, quand on souhaite devenir maire d’une commune, on fait forcément de la politique.

DG : Pour autant, vous voulez faire une politique de droite pour les Saint Mitréens ?

VG : Je suis un homme de droite, mais on fait une politique pour les Saint Mitréens, pour tous les Saint Mitréens. Effectivement, une gestion de droite et une gestion de gauche, ce n’est pas la même chose, mais il ne faut pas être caricatural : il y a des idées qui peuvent être intéressantes de tous les côtés, et une équipe rassemble forcément des sensibilités différentes.

DG : Ca rassemble un peu au discours de Christian Beuillard qui avait une sensibilité UMP, RPR à l’époque, tout en disant après « Je refuse de faire véritablement de la politique ou de prendre parti ». Est-ce que ce n’est pas un reproche qui peut vous être adressé en la matière ?

VG : Écoutez, Christian Beuillard a peu fait de politique, il a surtout été un maire gestionnaire, et moi je revendique pour défendre Saint Mitre de faire de la politique, parce que sur un certain nombre de grands dossiers, que ce soit les logements sociaux, que ce soit la métropole, que ce soit les rythmes scolaires, ce sont des dossiers politiques sur lesquels un maire est amené à s’engager.

DG : Avant que vous ne détailliez quelques propositions, un regret peut-être, le fait qu’il n’y ait pas d’union à droite, puisqu’on voit que la droite se présente en ordre dispersé alors que pour une fois à Saint Mitre les Remparts, la gauche a fait l’union : la maire Béatrice Aliphat se présente de son côté, madame Albarello également…

VG : Je vous arrête tout de suite, la droite n’est pas en ordre dispersé. On a une seule liste de droite, c’est la liste que je présente. Du côté de madame le maire sortant, on a une liste apolitique, revendiquée apolitique…

DG : … avec le soutien de Jean-Claude Gaudin…

VG : … avec le soutien de Jean-Claude Gaudin, mais peut-être pour des raisons qui relèvent plus des sénatoriales ou de la métropole, et de luttes d’influence dans le département, que de convictions politiques.

DG : Cette dispersion, quand même, des voix potentielles dès le premier tour…

VG : Pas une dispersion de la droite, je suis la seule liste de droite. On a une liste du centre, on a une liste apolitique, et puis on a une liste de gauche avec l’opposant historique.

DG : Qui est votre principal adversaire dans cette campagne ? Est-ce que c’est la maire sortante ?

VG : J’ai des divergences de forme et de fond avec la maire sortante, qui ont été exprimées publiquement ces dernières années. Pour autant, je sais que Saint Mitre est aujourd’hui une ville bien gérée financièrement et budgétairement, contrairement à ce qui s’était passé il y a 25 ans quand monsieur Lucchini et ses amis étaient aux rênes de la mairie. Donc je ne souhaite surtout pas revenir à cette période.

DG : Il a évidemment une vision complètement différente de cet héritage que vous lui attribuez.

VG : Il a forcément une vision différente, mais aujourd’hui pour moi il faut qu’on préserve la bonne gestion de Saint Mitre, et en même temps qu’on renoue avec une proximité perdue, et qu’on refasse de la politique parce que c’est par la politique qu’on renoue le lien avec la population. Aujourd’hui je souhaite articuler l’héritage de proximité de l’époque de Marius Fournier, qui était un maire dévoué et proche de la population, et concilier cela avec la bonne gestion de Christian Beuillard. Nous devons rassembler la population.

DG : Vous parliez d’héritage, Christian Beuillard a plutôt tranché en faveur de Béatrice Aliphat, est-ce que ce n’est pas un regret ?

VG : Une élection n’est pas un héritage, nous ne sommes plus au Moyen-Age, et j’ai plutôt tendance à penser que ce sont les électeurs qui doivent se prononcer.

DG : La réponse se fera en effet dès le premier tour. Parmi les thèmes qui font débat dans la campagne municipale, il y a celui du logement. Il manque des logements à Saint Mitre les Remparts, c’est d’ailleurs écrit dans votre programme, on ne sait pas comment se loger. Quelle est votre position par rapport à d’éventuels logements sociaux ? On sait que la commune est réellement à la traîne en la matière.

VG : Le gros problème à Saint Mitre vient de l’absence de PLU (plan local d’urbanisme). On a une situation foncière éclatée, très disparate…

DG : … est-ce qu’il en faut, est-ce que vous allez en faire, combien, dans quelles conditions ?

VG : Il nous faut davantage de logements, y compris de logements sociaux, et pour autant la façon dont on fait le logement social aujourd’hui en France est très insatisfaisante.

DG : C’est-à-dire ?

VG : C’est-à-dire que la problématique des quotas est stupide, que la problématique des amendes est stupide.

DG : Donc la loi est stupide. Mais la loi est la loi, il faut que vous la respectiez ?

VG : La loi est mal faite, et en tant que maire, on doit être amené progressivement à prendre en compte les réalités du terrain et les contraintes réglementaires, de façon à apporter des solutions de logement de façon globale.

DG : Mais c’est facile de dire ça, mais la loi est la loi, elle vous impose un quota de 25% de logements sociaux, Saint Mitre en est aujourd’hui à 3-4%. Il faut rattraper quand même ce retard, et se mettre en conformité.

VG : Il n’y a pas un candidat aujourd’hui qui, avec une baguette magique, va arriver demain à 25% de logement social.

DG : Que proposez-vous pour combler ce retard ?

VG : Il faut qu’on fasse du logement de tous types, à Saint Mitre comme sur l’ensemble du territoire.

DG : En accession à la propriété ?

VG : Également en accession à la propriété. Mais comme sur l’ensemble du territoire, il faut qu’on dise à la population que si on veut résoudre la crise du logement, il faut certes faire du logement social, mais il faut aussi faire du logement privé, et il faut faire du logement mixte. Mais on ne va pas, nous, ghettoïser les quartiers.

DG : Ghettoïser, alors ça c’est une grande peur. Vous, vous ne serez pas le candidat qui va ghettoïser un certain nombre de quartiers de Saint Mitre ?

VG : Absolument pas.

DG : Est-ce que c’est vraiment une grande peur des Saint Mitréens ?

VG : Le problème, c’est que lorsqu’on entend à Marseille les candidats de gauche comme de droite nous expliquer qu’ils veulent, eux, déghettoïser les quartiers nord de Marseille (grâce à la métropole), on est en droit de se poser des questions.

DG : C’est la peur de la grande invasion. Dernière question : votre liste s’intitule « Saint Mitre en Vie ! », ça veut dire que Saint Mitre est morte aujourd’hui, ou en tout cas que vous voulez lui redonner vie ?

VG : Saint Mitre n’est pas morte, mais Saint Mitre a besoin de revitaliser son centre ancien et son littoral. Et c’est aujourd’hui une grande préoccupation qu’on puisse être perçus non plus comme un village dortoir, mais avec de nouveau un dynamisme fort de notre centre, et de l’ensemble de la population.

DG : D’où le nom de votre liste, Vincent Goyet. Je rappelle que vous êtes candidat aux élections municipales de Saint Mitre à la tête d’une liste qui s’intitule tout simplement « Saint Mitre en Vie ! » Merci d’avoir été notre invité sur Maritima.

VG : Merci à vous.

DG : Et bonne campagne.

.

Pour aller plus loin :

=> Logement social à Saint Mitre les Remparts : lettre ouverte à Cécile Duflot

=> Revitaliser notre centre-ville : une urgence

=> Réveillons notre littoral : à quand l’aménagement ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s