Logements sociaux aux Belles au Bois : opacité et fiasco programmé

« Début novembre, j’écrivais à la ministre du logement, madame Duflot, pour souligner combien sa politique de logement social à marche forcée aggrave la crise nationale du logement, en prenant le cas de Saint Mitre les Remparts en exemple. Je n’imaginais pas que l’actualité allait me donner raison si vite… »

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Nous venons d’apprendre que deux terrains situés dans le quartier des Belles au Bois à Saint Mitre, et qui étaient sur le point d’être cédés à des particuliers pour y bâtir chacun leur maison, viennent d’être préemptés par l’EPF (Établissement Public Foncier) PACA, afin d’y construire à la place une vingtaine de logements sociaux. L’EPF PACA souligne l’implication de la municipalité : « la commune de Saint Mitre les Remparts a identifié ce secteur comme étant un secteur à enjeux pour la réalisation de programmes de logements sociaux ».

Cette méthode incarne le pire de ce qu’on peut imaginer en matière de logement social. En effet :

  • Cette opération a donné lieu à une modification du POS selon une procédure simplifiée, avec une publicité a minima, qui a permis d’éviter une enquête publique et la consultation de la population ;
  • Ce quartier étant dédié à des constructions individuelles, la municipalité procède à un changement de caractère de la zone, ce qui est vraisemblablement en contradiction avec le règlement du POS ;
  • L’absence de transparence cause du tort aux riverains, condamnés à subir, mais aussi aux acheteurs, que la mairie a laissés s’engager dans des frais pour un achat dont elle savait pourtant dès le départ qu’elle allait y faire obstacle. Deux familles sont aujourd’hui dans la détresse ;
  • Le rachat du terrain se fait sur la base d’un prix revu à la baisse par l’État, ce qui lèse le propriétaire.

Au lieu de défendre la population, d’aider les familles de Saint Mitre à s’installer, et d’agir en toute transparence pour trouver des emplacements adaptés pour construire du logement, y compris dans le cadre de programmes mixtes intégrant une part de social, la municipalité saint-mitréenne agit strictement à l’inverse et organise des programmes 100% logement social, dans la plus parfaite opacité. Un maire a pourtant mission de défendre sa population, et non pas d’agir en zélé serviteur de l’État pour construire du logement social à marche forcée, dans les pires conditions possibles.

La façon dont ce dossier a été mené conduit à une impasse : le propriétaire va vraisemblablement renoncer à vendre, la carence en logement social ne sera pas diminuée, et les deux acheteurs ne vont pas pouvoir construire. C’est un gâchis sur toute la ligne, qui brise les projets de deux familles.

Ce qui arrive est le résultat d’une municipalité qui a renoncé à faire de la politique, et qui se contente d’obéir aux injonctions techniques de ministres en mal de résultats et de technocraties administratives.

Nous reviendrons en détails sur ce dossier au cours de la réunion publique que nous tiendrons ce vendredi 14 mars à 19h dans la salle annexe de l’Oustaou (place Neuve).

Vincent GOYET

Saint Mitre En Vie !

Réveillons Notre Ville

.

Pour aller plus loin :

=> Logement social : lettre ouverte à Cécile Duflot, 2 novembre 2013

=> Courrier de l’EPF PACA notifiant la préemption, 3 mars 2014

=> Tract « Saint Mitre en Vie ! », 13 mars 2014

Publicités

Une réflexion sur “Logements sociaux aux Belles au Bois : opacité et fiasco programmé

  1. Pingback: Réunion publique, présentation du programme "Saint Mitre en Vie !" « Vincent Goyet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s