Hausse des impôts locaux à Saint Mitre les Remparts : la responsabilité de Béatrice Aliphat engagée

Les Saint Mitréens ont eu hier la désagréable surprise de découvrir dans leurs boîtes aux lettres un tract municipal dans lequel Béatrice Aliphat vante son action de maire, et annonce une hausse des impôts et de la dette dès 2015. Contrairement à ce qu’elle prétend, elle est pourtant la seule responsable du dérapage des dépenses de notre commune.

Certes, l’Etat a baissé notre dotation globale de fonctionnement (DGF) de 50 000 € en 2014. Mais ce montant reste dérisoire au regard de toutes les augmentations imputables aux décisions et indécisions de celle qui est à la tête de la ville depuis plus de 30 mois :

● la pénalité en matière de logements sociaux s’élève à 240 000 € pour 2013 (et 120 000 € par an ensuite). L’ancien maire Christian Beuillard est en partie responsable de cette amende à travers son refus durant plus de 10 ans de réaliser un PLU qui aurait permis de libérer du foncier et d’accélérer les projets. Mais après l’arrêté de carence de juillet 2011 (suivi de la démission en rase campagne de Beuillard début 2012), c’est l’imprévoyance et l’inertie de Béatrice Aliphat qui conduisent finalement l’Etat à sanctionner la ville en décembre 2012. Celle qui est devenue maire par la volonté d’un seul, attendra juin 2014 pour initier enfin le PLU : plus de 2 ans de retard supplémentaires, de sa seule responsabilité ! Et une ardoise salée pour la commune.

● les 140 000 € (minimum) que Béatrice Aliphat prévoit de dépenser chaque année pour financer la réforme des rythmes scolaires sont la conséquence du choix fait par la majorité de mettre en place un dispositif périscolaire très coûteux et surtout non obligatoire, non imposé par l’Etat. Béatrice Aliphat a par ailleurs refusé de soumettre au vote des parents le contre-projet que notre groupe Saint Mitre en Vie avait élaboré et qui coûtait 100 000 € de moins par an que le sien.

● Béatrice Aliphat oublie de mentionner une gestion du personnel chaotique et souvent arbitraire (embauches, promotions, augmentations, remplacements) depuis qu’elle est à la tête de la mairie : 90 000 € de dérapage en 2012 entre le budget primitif et le budget effectivement réalisé ; puis une hausse de 50 000 € prévue en 2013, mais de nouveau un dérapage de 70 000 € ; enfin, une explosion de 240 000 € prévue pour 2014. Bilan : les seules charges de personnel passent en 30 mois de 2,8 à 3,3 millions d’euros, soit une hausse de près de 500 000 € (sans même compter le CCAS et les 100 000 € de rallonge votée pour les activités périscolaires). Là encore, l’Etat n’est responsable en rien.

S’agit-il de ce que Béatrice Aliphat ose appeler faire preuve « de rigueur, de précision et de prudence » ? Profiter du contexte national (et de la baisse de 50 000 € de DGF) pour tenter de faire croire que l’Etat est responsable du dérapage budgétaire à Saint Mitre (alors que Béatrice Aliphat a elle-même décidé plus de 600 000 € de dépenses de personnel supplémentaires en 30 mois) constitue une manœuvre visant à se défausser de ses responsabilités et à duper les électeurs. Ce n’est pas un procédé honnête.

Les élus du groupe « Saint Mitre en Vie ! »
Vincent Goyet, Catherine Stekelorom, Pierre Michel

Publicités

Une réflexion sur “Hausse des impôts locaux à Saint Mitre les Remparts : la responsabilité de Béatrice Aliphat engagée

  1. Pingback: De la neutralisation fiscale au bonneteau municipal : les prélèvements locaux en hausse de 9,2% « Vincent Goyet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s