Plaines d’Arnète : pas de concertation pour la construction de 17 logements sociaux supplémentaires

Pour apprendre les projets de la majorité municipale à Saint Mitre les Remparts, il est vain de consulter les documents officiels diffusés par son maire. Ce n’est qu’en déchiffrant les petites lignes des annonces légales que vous auriez pu découvrir le projet de construction de 17 logements sociaux supplémentaires au beau milieu du quartier des Plaines d’Arnète. Projet lancé sans aucune concertation avec la population, contestable sur la forme et sur le fond.

Saint Mitre les Remparts est, au regard de la loi SRU du 13 décembre 2000, fortement carencée en logements sociaux : ce texte prévoit en effet d’obliger toutes les villes comptant plus de 1500 habitants à construire au moins 20% de logements sociaux. En novembre 2012, une loi Duflot a encore aggravé le dispositif, portant le taux à 25%.

Ces mesures idéologiques et aux effets pervers aboutissent paradoxalement à ralentir la construction de logements, qui connaît aujourd’hui une crise sans précédent depuis 30 ans. A l’instar de nombreux élus à travers toute la France, nous avions donc écrit à deux reprises à Cécile Duflot afin d’attirer son attention sur la situation de villes comme Saint Mitre les Remparts. Sans réponse.

Si la loi est mal faite, la loi reste la loi, et doit quand même être appliquée jusqu’à ce qu’elle soit modifiée. Encore faut-il faire les choses avec discernement. Ce n’est malheureusement pas le cas chez nous.

La priorité devrait être à la réalisation du PLU, qui permettra de libérer du foncier pour de nouveaux quartiers, intégrant logiquement une part de logements sociaux. Christian Beuillard durant 10 ans, puis Béatrice Aliphat durant 2 ans, n’ont pas pris la mesure de la situation.

Face à la pression mise aujourd’hui par les préfets au nom du Gouvernement, et face à la menace d’amendes qui pèsent d’autant plus que l’État se désengage et diminue nos dotations, l’inaction serait coupable. Mais l’action solitaire l’est tout autant : quand des projets qui impactent notre cadre de vie à tous, il est légitime d’informer la population. C’est même une nécessite si l’on veut réussir de tels projets.

C’est pourquoi nous déplorons depuis plus de deux ans les méthodes de Béatrice Aliphat, qui se caractérisent par l’opacité, le refus d’informer, et le refus de concertation. Malgré nos demandes réitérées, en public, en privé, lors des conseils municipaux, lors des commissions municipales, la réponse est la même : « Non, nous ne souhaitons pas organiser de réunion d’information sur ces éléments techniques qui ne regardent que les techniciens. »

Voilà pourquoi nous déplorons, sur la forme, les méthodes du maire de Saint Mitre les Remparts.

Concernant le fond, à savoir la construction de 17 logements sociaux supplémentaires au milieu des Plaines d’Arnète, nous trouvons aberrant ce projet qui va à l’encontre de ce que raconte Béatrice Aliphat : elle prétend vouloir éviter la concentration de logements sociaux au même endroit, mais le terrain retenu se trouve précisément là où se concentre la totalité des logements sociaux déjà existants à Saint Mitre les Remparts !

Pour y avoir grandi, je sais combien ce quartier a su trouver un équilibre entre les propriétaires privés et les locatifs sociaux. Ici, on sait mieux qu’ailleurs la possibilité de vivre ensemble. Que personne ne vienne donc faire un mauvais procès à ses habitants !

Mais est-ce une raison pour raser le dernier espace vert qui se trouve rue Pierre et Marie Curie, au centre des Plaines d’Arnète, et actuellement occupé par une aire de jeux pour enfants, une pelouse, et quelques mûriers platanes ? Et qu’en est-il du stationnement, déjà difficile ? Du réseau d’eau, qui atteint sa limite ? De la qualité de vie, que Béatrice Aliphat prétend régulièrement au cœur de ses priorités ?

Et si la majorité municipale est prête à défendre ce choix d’implantation, trouve-t-elle normal de ne pas en informer les riverains, d’organiser un minimum de concertation ? Le temps des maires autoritaires et autocrates est révolu !

Avec les élus et les membres de l’équipe « Saint Mitre en Vie ! », nous avons réalisé ce matin la distribution dans les boîtes aux lettres de 300 riverains d’un document d’information quant à l’appel d’offre lancé par Le Nouveau Logis Provençal en date du 9 février 2015. Et nous sommes comme toujours à votre écoute pour porter votre voix face à un projet bien mal pensé.

Pour aller plus loin :

=> Lettre d’information distribuée auprès de 300 riverains

Publicités

2 réflexions sur “Plaines d’Arnète : pas de concertation pour la construction de 17 logements sociaux supplémentaires

  1. Pingback: Moulin Rout / Fontaine du Loup : en catimini, les projets de logements sociaux se multiplient « Vincent Goyet

  2. Pingback: Quel visage demain pour Saint-Mitre-les-Remparts ? Un PADD inquiétant. « Vincent Goyet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s