Nos propositions pour un PLU équilibré

Une soixantaine de personnes ont répondu présent à la réunion publique organisée hier soir par Vincent Goyet et les élus du groupe « Saint Mitre en Vie ! », qui ont détaillé leurs désaccords et leurs propositions pour le PLU actuellement en cours d’élaboration.

« Entre 2017 et 2030, la municipalité de Saint-Mitre-les-Remparts projette la construction de 725 logements supplémentaires, dont au moins 700 logements collectifs, et avec au moins 30% de logement social, dans le cadre de nouveaux quartiers denses. Parallèlement, 170 ha de zones NB peu denses, actuellement constructibles sous conditions, deviendraient inconstructibles.

Nous l’avons dit, redit, écrit, prouvé, nos courriers sont restés sans réponse, et nous le maintenons absolument : pour atteindre une population d’environ 6500 habitants en 2030, notre commune n’a pas besoin de 725 logements supplémentaires mais seulement de 500, que nous devons répartir au mieux et non pas concentrer sur les seules OAP (opérations d’aménagement programmé) prévues par l’actuelle majorité.

Supprimer la constructibilité de 170 hectares lèse évidemment les propriétaires de leurs projets d’avenir, mais fait aussi peser sur notre territoire une contrainte supplémentaire, puisque les maisons qui auraient pu y être bâties (dans le cadre d’une densification modérée et maîtrisée) vont se reporter ailleurs en logements collectifs.

Pire : la plupart de ces nouveaux logements seront placés le long de la RN5 (comme les nouveaux immeubles bâtis aux Emplaniers), ce qui finira immanquablement par aboutir à la demande de construction de murs anti-bruit afin de diminuer les nuisances sonores liées à la circulation croissante (sans même évoquer les pollutions aux particules).

Pire : à raison de 20 ha d’extensions urbaines autorisées durant les 15 prochaines années, il nous faudra – à nous et à nos descendants ! – plus d’un siècle de révisions successives de PLU pour rétablir peu à peu la constructibilité de ces futures ex-zones NB, en y consacrant la totalité de nos marges de manœuvre ! Les erreurs commises aujourd’hui risquent de peser longtemps. C’est un choix politique de la part des élus de la majorité : le choix du tout collectif, social ou non, et la fin d’un développement respectueux du caractère villageois actuel, contrairement aux orientations affirmées et inscrites dans le PADD !

Pour rappel, là encore contrairement à ce qui a été affirmé, l’assainissement individuel est parfaitement autorisé sur ces zones, comme l’illustre régulièrement la délivrance de permis de construire sur la base d’analyses des sols favorables. Les risques incendie ne sont pas davantage un motif recevable, tant les risques incendie à Saint Mitre sont ailleurs.

Voilà pourquoi il est impératif que le projet en cours soit actualisé et rééquilibré : maintenues constructibles, les zones NB pourraient accueillir 120 à 150 logements d’ici 2030 ; une cinquantaine supplémentaire dans le tissu urbain grâce aux dents creuses et autres divisions parcellaires ; restent 300 à 330 logements à mieux répartir sur les OAP, au lieu de 700 dans le projet de PLU.

Voilà comment éviter le R+2 à l’Anglon, qui défigurerait définitivement l’entrée sud et le visage de notre village, qui constitue pourtant un de ses attraits touristiques à préserver. Voilà comment renoncer à certaines implantations absolument mal pensées. Voilà aussi comment éviter l’augmentation déraisonnable du trafic automobile dans certains quartiers déjà congestionnés, mais où la mairie projette pourtant plusieurs centaines de véhicules quotidiens supplémentaires (Calieu, Musiciens…).

C’est encore par souci d’équilibre que l’implantation d’un troisième groupe scolaire doit se faire impérativement à Varage-Massane, et non pas de nouveau à côté du centre-ville. Réduisons les temps de trajet pour les parents, faisons de la proximité ! Non, il n’est pas sérieux d’objecter que le projet est impossible à cause des moustiques.

Au final, le projet actuel de PLU consacre une transformation rapide et définitive de notre commune, dont il ne préserve en rien l’identité et le caractère villageois. Un meilleur projet est non seulement possible, mais surtout absolument nécessaire. »

Des échanges nourris avec la salle ont suivi cette présentation. Les Saint Mitréens se sont montrés particulièrement inquiets par la faiblesse du dynamisme économique de Saint-Mitre-les-Remaprts, et par les difficultés rencontrées aussi bien par les commerçants du centre-village que par ceux de la Zac des Etangs. Les sombres perspectives concernant les zones NB frappent aussi de plein fouet de nombreuses familles.

Deux élus membres de la majorité étaient présents à la réunion mais n’ont pas pris part au débat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s