Compte-rendu du conseil municipal : les malaises de Béatrice Aliphat

Après plus de 2 mois et demi sans conseil municipal, et avant le prochain qui ne devrait pas se tenir avant septembre, c’est un conseil municipal inhabituellement long qui s’est prolongé durant 2 heures jeudi soir à Saint-Mitre-les-Remparts. Mais dont les médias locaux ne relayeront pas un mot à la population, malgré l’annonce de l’armement de la police municipale.

En l’absence du PCF Jean-Jacques Lucchini, le débat s’est souvent réduit à un duel entre Béatrice Aliphat (SE) et Vincent Goyet (LR), dont le groupe « Saint Mitre en Vie ! » bénéficiait une fois encore de la procuration de l’ex-deuxième adjoint Pierre-Louis Negrel.

Point n°2, bilan de la concertation et arrêt du PLU : vote Contre

« Depuis des mois, nous dénonçons le manque d’actualisation d’un PLU qui ne sera pas adopté avant mars 2017, mais qui base ses projections (démographie et logements à horizon 2030) sur des chiffres de 2011. Nous nous heurtions jusque-là aux ricanements goguenards de la majorité… mais jeudi soir – miracle ! – voilà que le maire déclare que les logements construits entre 2011 et 2017 viennent évidemment « en déduction des 725 logements prévus d’ici à 2030 » ! Hélas, cette pirouette ne se traduit pas sur le papier : les 8 OAP (opérations d’aménagement programmé) inscrites dans le PLU comptabilisent à elles seules 700 logements, auxquels il faut ajouter les divisions parcellaires et autres projets de densification urbaine au-delà de ces seules OAP. Nous avons une fois de plus une contradiction flagrante entre le discours d’un maire dépassé, et la réalité du dispositif technique qui est imposé à notre commune sans nécessité, et qui risque de changer complètement le visage et le caractère de notre village. »

Point n°11, actualisation des tarifs publics communaux : vote Contre

« Autre point notable de divergence avec le vote des nouveaux tarifs communaux. En paroles, les élus de la majorité prétendent tout faire pour dynamiser l’activité économique en général et nos animations en particuliers. Dans les faits, ils augmentent de 10% les tarifs pour les quelques forains qui viennent encore animer nos fêtes votives ; ils augmentent de 25% les tarifs d’occupation de l’espace public pour les rares cafés ou camions pizzas qui se démènent pour installer quelques tables et chaises afin de rendre notre commune attractive ; ils augmentent aussi de 10 centimes le repas du restaurant scolaire, alors que l’augmentation négociée avec le prestataire pour améliorer les menus ne s’élève qu’à 5 centimes par repas ! Le tout dans un contexte budgétaire où notre commune a amassé plus de 2 millions d’euros d’excédents, à force d’augmenter les prélèvements tout azimut sur les ménages et le tissu commerçant local. Ces décisions n’ont aucune cohérence, et touchent une fois encore les Saint-Mitréens. »

Bilan : sur 23 points à l’ordre du jour, dont 21 soumis au vote, le groupe « Saint Mitre en Vie ! » vote 16 fois Pour et 5 fois Contre. En particulier : vote Pour l’adhésion de la commune à la charte nationale EcoQuartier, Pour la contribution au Fonds de Solidarité pour le Logement, Pour une convention de partenariat et de participation au financement de la Maison Médicale de Garde d’Istres (dont bénéficient les Saint-Mitréens), ou encore Pour une convention de partenariat culturel avec le département.

.

A la fin de conseil municipal, le maire prend la parole sur deux sujets :

1/ l’armement de la police municipale
2/ les primes du personnel municipal

« Depuis 1 an et demi, malgré les attentats de Charlie Hedbo puis du Bataclan, le maire de Saint Mitre affirme son hostilité à l’armement de la police municipale au prétexte qu’il s’agirait d’une mesure « de répression ». Au contraire, nous défendons qu’il s’agit d’une mesure de protection d’abord pour nos agents, et pour la population. Jeudi soir, c’est une Béatrice Aliphat particulièrement mal à l’aise qui mange son chapeau et annonce l’armement de la police municipale, même si elle y reste « opposée à titre personnel » ! Nous constatons une fois de plus le manque de colonne vertébrale de celle qui préside aux destinées de notre commune jusqu’en 2020. Elle est à la remorque de nos propositions. Notre commune perd du temps. »

« S’agissant des primes du personnel municipal, Aliphat annonce rien moins que la suppression d’une prime de résidence de 42€, de bons d’achats de 200€, et la réduction des heures supplémentaires. Sans compter une plus grande sévérité sur l’utilisation des véhicules de fonction pour faire le trajet travail-domicile. Autant de sujets qui ne manqueront pas de faire réagir des services municipaux dont le niveau de ras-le-bol est déjà palpable. »

« Au point n°20, nous avons par ailleurs bien noté une demande de subvention au titre de la réserve parlementaire auprès de la sénatrice Mireille Jouve, élue sur la liste Force du 13 de Jean-Noël Guérini. Voilà qui n’est évidemment politiquement pas anodin. »

.

Vincent Goyet, Catherine Stekelorom, Pierre Michel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s