Affrontement Charroux-Aliphat : Vincent Goyet soutient le collège privé

La Provence se faisait hier l’écho de l’affrontement qui oppose le maire de Martigues et le maire de Saint-Mitre-les-Remparts à propos de la construction par le groupe Saint Louis – Sainte Marie d’un collège privé à Saint-Mitre-les-Remparts. Nous soutenons sans réserve cette implantation à Saint-Mitre-les-Remparts..

Tout en prétendant ne pas remettre en cause « la liberté des familles dans le choix du mode d’éducation de leurs enfants », Gaby Charroux sous-entend que l’intérêt général consiste à scolariser ses enfants dans le public. Il y a là un paradoxe et un prisme idéologique. En tant que maire de Martigues, il lui appartient de l’assumer sur le territoire de sa commune. Mais comme président de la SEMIVIM, il a en charge de faciliter et permettre la concrétisation des projets portés par chacun des maires de notre intercommunalité.

Les villes de Martigues et Port-de-Bouc ont eu besoin et ont pu compter sur la ville de Saint-Mitre-les-Remparts lors de la création de la CAOEB, devenue CAPM.

Les villes de Martigues et Port-de-Bouc ont eu besoin et ont pu compter sur Béatrice Aliphat lors de la création du CIAS, ce qui leur a permis de puiser dans les fonds intercommunaux pour financer des politiques sociales municipales coûteuses.

Si Martigues contribue indirectement, à travers la SEMIVIM, à hauteur de 80% du développement de la Zac des Etangs, c’est aussi parce que Martigues recevait 80% des ressources de la CAPM, selon une clé de répartition initiale qui n’a ensuite jamais été réévaluée, et qui rapportait pourtant deux fois plus d’argent au maire de Martigues pour chaque Martégal qu’au maire de Saint-Mitre pour chaque Saint-Mitréen.

Ce projet de collège ne coûte pas d’argent public : il est intégralement pris en charge et financé par le groupe Saint Louis – Sainte Marie. Il consiste pour cette structure à se rapprocher géographiquement du lieu de résidence de ses élèves, dont un grand nombre est originaire de notre territoire, et qui sont aujourd’hui contraints à des trajets importants matin et soir. Même s’il est à titre personnel hostile à l’enseignement privé, Gaby Charroux ne peut nier l’intérêt de la population à voir se rapprocher cette structure éducative.

Face à une métropole largement élaborée par et pour les Marseillais, Gaby Charroux se veut le défenseur de nos communes, respectueux de leurs spécificités et du rôle des maires. C’est pourquoi nous lui demandons de ne pas attendre que la métropole se substitue à lui pour finaliser la vente des terrains de la Zac des Etangs. Sa position actuelle risque de faire apparaître la SEMIVIM et la CAPM comme des obstacles pour le développement de nos projets municipaux, et de valoriser au contraire l’action salvatrice de la métropole. Est-ce réellement son objectif ? Nous ne le croyons pas.

Nous n’oublions pas que ce projet de collège était initialement prévu dans le futur quartier de l’Anglon, et qu’un PLU mal ficelé nous conduit aujourd’hui à le relocaliser sur la Zac des Etangs. A côté d’un centre équestre, d’un centre de formation, d’une crèche, il y trouve néanmoins une cohérence, qui peut et doit donner un nouvel élan à cette zone d’activités, qui mérite mieux que des affrontements politiques. L’intérêt de nos entreprises, de nos familles, de notre territoire, doit prévaloir.

La LIBERTÉ d’enseignement est garantie par la République française.

L’ÉGALITÉ d’accès au groupe Saint Louis – Sainte Marie est garantie par son refus de toute discrimination fondée sur le sexe, la religion ou la couleur de peau, et par un fonds d’aide sociale au bénéfice des familles avec peu de ressources.

La FRATERNITÉ entre nos communes, au sein de structures comme la CAPM et la SEMIVIM, doit être préservée.

Nous avons de nombreux désaccords avec Béatrice Aliphat, mais comme toujours depuis le début de notre mandat, nous prenons position sur le fond et en soutenant ce qui nous apparaît conforme à l’intérêt général.

Nous appelons tous les Saint-Mitréens favorables à ce projet à répondre à l’appel à soutien organisé par la municipalité de Saint-Mitre-les-Remparts.

Vincent GOYET, conseiller municipal
et les élus du groupe « Saint Mitre en Vie ! »,
Catherine STEKELOROM et Pierre MICHEL

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s